LE CRAC DES CHEVALIERS CHRONIQUES D'UN RÊVE DE PIERRE

 
affiche_crac_g.jpg

LE CRAC DES CHEVALIERS CHRONIQUES D'UN RÊVE DE PIERRE

Du 14 septembre 2018 au 14 janvier 2019, sous le patronage de l'Unesco et en partenariat avec la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, la Cité de l’architecture et du patrimoine présente une exposition dédiée au plus célèbre château d'Orient de l'époque des Croisades : le Crac des Chevaliers, et invite à découvrir toutes les facettes de ce joyau du patrimoine mondial : son histoire, son architecture et sa fortune à travers les siècles, jusqu'à nos jours.

NAISSANCE D'UNE FORTERESSE
Célébré par Lawrence d'Arabie comme « le plus beau château du Monde, certainement le plus pittoresque », le Crac des Chevaliers est un témoin majeur des échanges d'influences entre l'Orient et l'Occident. Entièrement rebâti aux XIIe-XIIIe siècles par l'Ordre des Hospitaliers, le Crac est pris en 1271 par les Mamelouks du sultan Baybars. Le départ des Croisés lui fait perdre son rôle stratégique ; cet oubli relatif sauve le monument, qui parvient presque intact jusqu'à nos jours. Les photographies, maquettes et multimédias rassemblés dans l'exposition invitent à découvrir l'architecture et le décor de la forteresse. Une maquette monumentale du Crac, exécutée d’après les relevés archéologiques de la fin des années 1920, permet de saisir l'ampleur des volumes du château, de comprendre l'articulation de ses systèmes de défense. Le multimédia restitue les étapes majeures de sa construction, entre le XIIe et le XIVe siècle, et aborde des thèmes de la vie quotidienne. Les moulages de chapiteaux et d'inscriptions, à grandeur réelle, rendent compte de ses rares éléments de décor.

QUAND LE CRAC FASCINE L'OCCIDENT
Redécouvert au début du XIXe siècle, le Crac est étudié et photographié pour la première fois en 1859, lors de la mission du baron Rey. Au lendemain de la première Guerre Mondiale, sous le mandat français sur la Syrie et le Liban, l'archéologie connaît un remarquable essor, encadré dès 1920 par un Service des Antiquités. C'est dans ce contexte que Paul Deschamps explore le Crac en 1927-1928, 1929 et 1936. De nombreuses images, fixes et animées, en noir et blanc et couleur, révèlent la vie du chantier et ses différents acteurs. À Paris, l'Exposition coloniale internationale de 1931 contribue à faire du Crac « le témoin le plus majestueux de l'art français en Orient », et un symbole national qui dépasse largement la forteresse elle-même. En écho à « la Grande France » louée par le maréchal Lyautey, le thème des croisades y trouve une place majeure, avec la présentation de maquettes, de photographies et de tableaux montrant le Crac et d’autres châteaux construits par les Croisés en Orient. Tel Narcisse, l'Occident fasciné contemple dans le Crac sa propre image. L'acquisition du Crac par la France en 1933 l'élève, à cet effet, au titre de monument historique. À l'instar des grands sites de l'Antiquité, tels Palmyre et Baalbek, le Crac des Chevaliers incite à visiter les beautés du Levant.

Publication
Le Crac des Chevaliers, chroniques d'un rêve de pierre Sous la direction d'Emmanuel Pénicaut et Jean-Marc Hofman Coédition Hermann/Cité de l’architecture & du patrimoine / Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, 2018, 120 p., 19 €

Atelier enfant : « Jeux de construction en famille » Construis-moi un château fort. Les 4e et 5e dimanches du mois à 15h30, à partir de 4 ans

logoCA.jpg

Cité de l’architecture & du patrimoine
Palais de Chaillot
1 place du Trocadéro Paris 16
Métro Trocadéro / Iéna

La Cité de l’architecture est ouverte tous les jours sauf le mardi de 11h à 19h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h

Citedelarchitecture.fr

image001.png  image002.png  image004.png  image005.png