e-storming, art, architecture & design agenda
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
professionnel diffusé par le service d'emailing e-storming
retour
 
 
 
 
Pedro_Barateiro_g.jpg
Pedro Barateiro, The Universe in a Cup, 2017. Courtoisie de l'artiste et de la Galerie Filomena Soares, Lisbonne. Photo : Francisco Ferreira  
     

 

La Fondation propose prochainement deux conférences autour de la notion d’objet d’art. Par ailleurs, l’exposition Talismans qui interroge les thèmes de la dématérialisation des murs, de la reconstitution humaine suite à un effondrement et du talisman, s’achèvera le 1er juillet.

12 juin à 19h
Conférence de Frédérique Aït-Touati et Samuel Bianchini, Quasi-objets, quasi-sujets : comment prêter vie à des oeuvres ?


Dès les années soixantes des artistes comme Robert Breer se sont attachés à produire des œuvres qui se déplacent, seules, animées. À l'heure où l'on se préoccupe de plus en plus des non-humains pour penser différemment les relations des hommes à leur environnement, des artistes semblent épouser la cause des objets. Comment reconsidérer la vie de ces derniers ? Comment leur prêter des intentions ? Comment envisager leur animation ? Ces interrogations remettent en question de nombreuses frontières, entre sujet et objet, entre les arts plastiques et les arts vivants, ou, plus fondamentalement encore, entre l'inerte et le vivant.
Frédérique Aït-Touati est metteur en scène et chercheur au Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL / CNRS-EHESS).
Samuel Bianchini est artiste et enseignant-chercheur à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs.

Informations et inscriptions obligatoires sur https://gulbenkian.pt/paris

19 juin à 19h
Conférence de Kader Attia, dans le cadre de l’exposition Talismans


Né en 1970 à Dugny (93), Kader Attia vit et travaille entre Paris et Berlin. Lauréat du prix Marcel Duchamp en 2016, il est devenu une figure incontournable de la scène artistique internationale depuis le début des années 2000. Il parcourt le territoire de l’art comme un espace de réflexion et d’action et décline différentes formes analytiques pour faire émerger, dans le champ de l’art, les refoulés et blessures de l’Histoire, les traumatismes et les peurs inhérentes à nos sociétés. Soulignant les dominations, les replis identitaires, militant pour une décolonisation des savoirs et des récits, il met en œuvre depuis plusieurs années le concept de réparation. Sa pratique de l’art étant en prise avec le réel, il a initié La Colonie, espace de partage des savoirs, à Paris, près de la Gare du Nord.

Informations et inscriptions obligatoires sur https://gulbenkian.pt/paris

Exposition jusqu’au 1er juillet – derniers jours
Talismans, Le désert entre nous n’est que du sable


Talismans, le désert entre nous n’est que du sable propose, à travers les œuvres d’une vingtaine d’artistes, une réflexion sur l’expérience qui suit un effondrement. Chacun des artistes, à sa manière, traite de questionnements qui relèvent de la guérison et de la résilience, en suggérant des moyens réels ou rêvés, allégoriques ou poétiques, d’affronter les difficultés que parfois la vie nous présente. Les talismans, nous disent les anthropologues, sont des objets (parfois des textes, des écrits), généralement aux propriétés ornementales, ayant le pouvoir multiple d’attirer la chance, de protéger et d’aider ceux qui les portent. Pierre de touche de ce projet, il est ici dépourvu de sa charge mystique, et devient un prétexte pour prendre un concept d’objet comme origine à une réflexion sur l’art.

Oeuvres de : Adonis, Leonor Antunes, Art Orienté Objet, Kader Attia, Pedro Barateiro, Bady Dalloul, Laddie John Dill, Éléonore False, Isabelle Ferreira, Claire Fontaine, Maria Hassabi, On Kawara, Cildo Meireles, James Nares, Azzedine Saleck et Lawrence Weiner

Commissaire : Sarina Basta

Assistant curatorial : Pietro della Giustina

A l’occasion du Festival Move au Centre Pompidou du 7 au 24 juin seront présentées au Centre Pompidou les performances de Maria Hassabi, Liz Magic Laser, Pedro Barateiro et Francisco Tropa. Plus d’informations sur notre site.

 
logo.jpg

Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France

39 bd de la Tour Maubourg
75007 Paris
01 53 85 93 93

L’exposition est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 18h, samedi et dimanche de 11h à 18h. Fermée le mardi. Entrée libre.
https://gulbenkian.pt/paris/

Retrouvez nous sur Facebook, Twitter et Instagram : Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France